5 novembre 2009

Fin (où tout commence)

Dernières heures de révision. Mon dos me fait mal à force d'être assise, mes membres bougent tous seuls et me réclament un footing ou quelques longueurs de bassin. Le cerveau est roi depuis trop longtemps.
De presque chaque réponse à mes questions découle une autre interrogation. Alors je dévore un ou deux paragraphes de plus avant de museler ma curiosité pour retourner sagement aux bases. Aller voir ce qui se trouve sous la pointe de l'iceberg m'attire follement.

Je me réjouis que ce soit terminé. Du temps, pas d'obligations. Juste faire ce dont j'ai envie au moment où j'en ai envie. Pas de livre de médecine. Plus de mal au ventre de stress. Pas de réveil qui sonne le matin. Quelques semaines de répit.
Et pourtant, avec quelle impatience j'attends le moment de m'y remettre! Utiliser tout ce savoir emmagasiné, le compléter, l'affiner. Le mettre au service de ces gens, souffrants, qui vont remplir mon quotidien. Apprendre à faire le lien (et le grand-écart parfois) entre la théorie et l'humain. Entre le diagnostic et la personne malade et unique qui vous livre en vrac symptômes, morceaux de vie, espoirs et craintes.

J'avais peur que ce gavage ne me dégoûte. Mais j'aime déjà mon métier. Demain je suis médecin. Et je suis en vacances.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire